Quand les personnages de Proust se transforment en chaises