JOAN MIRÓ (1893-1983)

Lot 64
150 000 - 200 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

JOAN MIRÓ (1893-1983)

*SANS TITRE, 10 NOVEMBRE 1972
Huile et mine de plomb sur masonite
Signée et datée 10/XI/72 I au dos 15.5 x 111.5 cm - 6.1 x 43.7 in.
Signed and dated 10/XI/72 I on the back,
Oil and pencil on masonite
Provenance:
- Doña Pilar Juncosa ( veuve de l'artiste)
- Estate of Joan Miro, Sotheby's, Madrid, 9 décembre 1986
- Collection Particulière, Paris
- Collection Particulière, Genève
Bibliographie:
- Jacques Dupin, Joan Miró: Catalogue Raisonné: Paintings: Volume V: 1969-1975. Paris, Daniel Lelong Editeur,2003.
Oeuvre répertoriée et reproduite sous le numéro 1464 en page 104 de l'ouvrage
JOAN MIRÓ (1893-1983)
Miró passe pour un humoriste. Ses personnages, qui se disloquent ou s'étirent comme de la guimauve, provoquent le sourire. Pourtant, Miró se dit d'un naturel pessimiste. "La vie me parait absurde, explique-t-il. Je pense que tout va toujours tourner très mal." Et c'est sans doute cette tension entre la vision tragique et le rire qui fait la valeur des oeuvres.
On a trop parlé, à propos de Miró, de naïveté et de dessins d'enfant. Il n'y a rien de naïf dans son travail. C'est par une volonté acharnée qu'il est arrivé à cette écriture libre, proche de la création spontanée. Jusqu'à l'âge de 30 ans, il a donné une peinture influencée par le cubisme et par le Douanier Rousseau. Il schématisait les formes, y introduisant le précisionnisme du maître de l'art naïf. Petit-fils de forgeron, fils d'orfèvre, il mettait dans l'exécution de ses premiers tableaux une rigueur attentive.
Le vrai Miró naîtra en 1924, lorsque André Masson lui montrera des aquarelles de Klee. Il comprend, alors, que la toile doit cesser d'être un miroir pour devenir un écran où l'on projette son discours. Il habite alors rue Blomet, dans une maison que fréquentent Robert Desnos, Michel Leiris, Antonin Artaud, Salacrou. Par eux, il sera bientôt en relation avec les surréalistes.
Il étonne ses amis par la propreté méticuleuse de son atelier. Un ordre parfait y règne. Il y a une place tangible pour la gomme, une autre pour les crayons. Chaque soir, les pinceaux sont lavés et rangés avec soin.
C'est l'époque où naît le vrai Miró, celui qui a tourné le dos au naturalisme. Pour parler des choses, il n'utilise plus les éléments réels, mais invente une suite de signes. Un chapeau symbolise un homme, une paire de moustaches s'allonge démesurément, les insectes deviennent plus gros qu'un chat. Le tableau raconte une histoire, et Miró déforme ses personnages comme on amplifie un détail dans la conversation.
Et aussitôt après les toiles remplies de centaines de vibrions, il fait des tableaux vides. Les acteurs ne sont évoqués qu'en pointillé. Quelques traits jetés sur la toile suffisent pour évoquer un rêve filiforme. Puis Miró change à nouveau: l'écran se remplit de gnomes grimaçants, c'est le début de la guerre d'Espagne.
Mais, à travers les divers registres, Miró reste fidèle à sa technique de base, qui est de séparer le fond des événements qui s'y déroulent. Derrière, il y a l'écran plat, taché de n'importe quelle couleur. C'est le fond de la mer, le ciel ou la nuit claire. Dans ce lieu irréel, tout peut arriver: un oeil s'y déplace librement, et trois cheveux dansent la sardane. Ailleurs, Monsieur Gros Pied rencontre Madame Sein Pointu. C'est presque l'univers du dessin animé, où les personnages se déforment au gré des circonstances. L'humour présent dans chaque oeuvre ne tombe jamais dans le comique, car rien n'est dit jusqu'au bout. Le rêve lui-même reste la caricature du rêve.
De 1925 à aujourd'hui, Miró a régulièrement évolué, en intégrant le tachisme, la peinture gestuelle, l'art d'assemblage, dont il a d'ailleurs été l'un des promoteurs.
(Otto Hahn, Article in L'Express, 27 mai 1974, à l'occasion de la rétrospective de Miro, Grand Palais, 1974)
Francesc Catala-Roca. Miro dans l'atelier Sert, Palma de Majorque, 1973, Barcelone, Arxiu Historic del Col.legi d'Arquitectes de Catalunya
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
Cornette de Saint Cyr maison de ventes
6 avenue Hoche - 75008 Paris, France
Agrément 2002-379 / 2002-364
Tél : 33 (0)1 47 27 11 24
info@cornette-saintcyr.com





Quelques résultats