ROBERT COMBAS (NE EN 1957)

Lot 65
60 000 - 80 000 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

ROBERT COMBAS (NE EN 1957)


ALADIN ET LE GENIE DE LA LAMPE, 1986
Acrylique sur toile Signée et datée en bas à droite
207 x 133 cm - 81.49 x 52.36 in.
Acrylic on canvas, signed and dated lower right
ROBERT COMBAS (NE EN 1957)
SANS TITRE, 1986
1976 électrise l'Histoire de l'Art d'une intensité nouvelle:
Robert Combas, Hervé Di Rosa, Buddy Di Rosa fondent cette année-là un groupe...de rock. Le nom qu'ils lui donnent porte déjà en lui l'ironie mordante qui caractérise ces futurs peintres: les Démodés.
Assourdissant plus qu'assagi, c'est à l'école (Arts déco) qu'Hervé Di Rosa rencontre François Boisrond...Un an après est alors crée, sous l'égide de Combas, le célèbre journal Bato: l'iconographie de la Figuration Libre, au creux de ces pages, venait d'éclore.
Sa consécration, quant à elle, n'allait pas tarder puisque c'est en 1981 que Bernard Lamarche-Vadel organise l'exposition emblématique «Finir en Beauté» à laquelle participent les quatre protagonistes (Combas, Hervé Di Rosa, Boisrond, Blanchard) auxquels s'ajouteront, quelques peintures plus tard, Buddy Di Rosa et Louis Jammes. Mouvement estampillé par Ben du nom qu'on lui connaît, Otto
Hahn révèle avec justesse le lien qui les unit à la peinture outre-Atlantique et organise à New York une rencontre mythique avec Keith Haring, Kenny Sharf et Tseng Kwong Chi.
Le sujet est tautologique: «Statements New York 1982.
Leading contemporary artists from France».
Sous leurs pinceaux décomplexés, la peinture rigole et laisse apparaître entre ses couleurs primaires l'acuité de leur style, unique. Spontanée, décalée et juvénile, la Figuration
Libre démocratise la peinture à tel point que leur mouvement s'ancre d'une identité sociale, sans doute parce que sous leurs traits caricaturaux reconnaît-on, un brin gêné, l'intimité de notre quotidien. Dans un vocabulaire nomade, chacun des artistes nous raconte son univers et, par le biais du savoir de l'enfance, nous réapprend à lire...les images.
Véritable chef de file de ce mouvement, Combas mord la peinture, griffe les tubes et hurle la couleur de façon moite et sauvage, faisant sienne la phrase de Picasso: «je choisis les couleurs dans la mesure où je les entends crier». Chez
Combas, il semble que ce soit toute son oeuvre qui crie, à l'image du port de Sète. Abordant des thèmes populaires, dans le sens le plus noble du terme, il dépeint et revendique une peinture de société. Comme une longue frise découpée en une multitude de contes, son oeuvre figurative révèle les instincts primitifs de l'homme raillant ses rêves, ses occupations, sa sexualité.
Comme un procédé de construction romanesque, inédit en peinture, l'artiste dépeint avec un soin extrême les époques et les milieux dont il traite, sautant avec gourmandise d'un siècle à l'autre. «Les Études de Moeurs représenteront tous les effets sociaux sans que ni une situation de la vie, ni une physionomie, ni un caractère d'homme ou de femme, ni une manière de vivre, ni une profession, ni une zone sociale, ni un pays français, ni quoi que ce soit de l'enfance, de la vieillesse, de l'âge mûr, de la politique, de la justice, de la guerre, ait été oublié» écrit Balzac. Combas est l'héritier de la Comédie Humaine.
Cette oeuvre incarne à merveille une scène de genre où se reconnaît son iconographie, à nulle autre pareille. Orchestrée à la manière d'une scène de théâtre, les personnages se livrent à une rencontre, dans un espace indiscipliné dans lequel notre regard se plonge, se vautre. Les cernes noires, nécessaires à la compréhension de l'oeuvre, sous-tendent des lignes de force que l'artiste n'a pas jeté au hasard. Son geste à la maîtrise d'une pensée limpide. L'absence de perspective à cet égard renforce l'idée d'un monde féérique que corrobore la présence surdimensionnée des protagonistes.
Faisant de la narration une fable qui pétille, Combas emploie à dessein la légèreté de façon subversive. Car il n'est pas d'art sans liberté.
Sabine Cornette de Saint Cyr
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue
Cornette de Saint Cyr maison de ventes
6 avenue Hoche - 75008 Paris, France
Agrément 2002-379 / 2002-364
Tél : 33 (0)1 47 27 11 24
info@cornette-saintcyr.com





Quelques résultats